ILES EPARSES La SADC vient à la rescousse

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) se prononce sur le conflit qui oppose Madagascar à la France au sujet des « îles éparses ». Le Conseil des ministres de l’organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité (MCO) s’est particulièrement exprimé sur le cas des îles Glorieuses dont le dossier a été soumis par la partie malgache lors de la réunion par visioconférence qui s’est tenue les 25 et 26 Juin derniers. « Le MCO condamne la poursuite de l’occupation et de l’exploitation des îles Glorieuses par le gouvernement français au mépris des résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies et de l’Union africaine », indique le communiqué final de la réunion.

Le dossier avait été inscrit à l’ordre du jour du conseil des ministres de l’organe après l’envoi par le ministère « de sa Note verbale de protestation contre le projet de la France de créer une réserve naturelle nationale » au niveau de l’archipel des Glorieuses. « Durant la réunion, la délégation malgache a fait appel au soutien et à la solidarité des Etats membres de la SADC » face à ce que Madagascar considère comme un « acte unilatéral de la France », « susceptible de porter atteinte à la souveraineté de Madagascar sur ces îles », indique le ministère des Affaires étrangères dans son communiqué de compte-rendu du Conseil des ministres.

A l’issue de la rencontre à laquelle ont également pris part des représentants du ministère de la Défense nationale, du secrétariat d’Etat en charge de la Gendarmerie, du Bureau indépendant anti-corruption, le ministère des Affaires étrangères parle d’un « soutien à l’unanimité des Etats membres de la SADC dans sa réclamation de l’application des résolutions du Conseil des ministres de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et de l’Assemblée générale des Nations Unies ». Il rappelle la résolution de l’OUA adoptée en 1979 qui « déclarait que les îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India font partie intégrante du territoire national de la République démocratique de Madagascar ».

Vous aimerez aussi